Blague : Le visage du braqueur

Un homme masqué braque une banque armé d'un revolver. Soudain, son masque tombe, il se dépêche de le remettre. Par sécurité il s'avance vers le premier témoin et lui demande :
- As-tu vu mon vrai visage ?
Le témoin lui répond que oui, et le voleur lui tire une balle entre les deux yeux. Puis il s'approche d'un deuxième témoin et lui pose la même question. Ce dernier lui répond que non, mais le truand lui dit :
- Je ne te croix pas !! et lui tire une balle dans la tête.

Il s'approche du troisième homme et lui pose encore la même question :
- As-tu vu mon vrai visage ?
Le témoin lui répondit alors :
- Non mais ma femme l'a vu !

D'autres blagues pour la catégorie Humour noir

Pourquoi Dieu a créé les femmes belles et stupides ?

Belles pour que les hommes puissent les aimer et stupides pour qu'elle puissent aimer les hommes.

Deux petites vieilles se croisent dans la rue principale du village.
- Comment vas-tu Ginette ?
- Oh ! J'ai pas le moral... Je viens de perdre mon mari !
- Ah bon ! Qu'est-ce qu'il s' est passé ?
- Je l' ai envoyé dans le jardin chercher des courgettes et des navets pour faire la soupe. Il a été pris d' un malaise. J' ai appelé les pompiers. Quand ils sont arrivés, il était déjà mort d'une crise cardiaque...
- Qu'est-ce que tu as fait alors ?
- Des pâtes à la carbo !

Une dame va consulter une voyante pour savoir ce que lui réserve l'avenir. La voyante, après une longue phase de méditation sur sa boule de cristal, change de visage. Elle lève les yeux vers la dame et lui annonce d'un air grave :
- Madame, j’hésite à vous le dire… votre époux court un grave danger… il est en danger de mort… je crains même que…

La dame l'interrompt :
- Est-ce que vous pouvez voir si je serai acquittée ?

L'histoire se passe dans un centre des impôts, au ministère des finances. C'est un jour de réception du public et l'on fait la queue devant le guichet. Arrive le tour d'un monsieur qui demande à parler au contrôleur Paul. La fonctionnaire de l'autre côté du guichet lui dit qu'elle est vraiment désolée, mais que ce ne sera pas possible car ce contrôleur est décédé inopinément fin de la semaine précédente.

Le monsieur s'en va, se remet à la fin de la file et se représente quelques minutes plus tard devant le même guichet :
- Bonjour, je souhaiterais parler au contrôleur Paul.
- Mais Monsieur, dit la dame, je vous ai dit qu'il était décédé fin de la semaine passée.

Avant qu'elle ait pu lui proposer quelqu'un d'autre, le contribuable va se replacer à la fin de la file. A son tour, il se représente une troisième fois devant la même personne :
- Bonjour, dit-il, très poli, je souhaiterais parler au contrôleur Paul.
- Mais Monsieur, je vous ai déjà dit deux fois qu'il était décédé! Vous ne me comprenez pas ?
- Si très bien, mais cela me fait tellement plaisir de vous l'entendre dire !

Monsieur le comte vient de mourir. Et comme il tenait à ce que personne ne le voie sans sa moumoute qu’il n’enlevait que la nuit, on le couche dans le cercueil avec la perruque sur la tête.

Mais dans cette position elle glisse, impossible de la faire tenir droite.

Après de multiples tentatives, la veuve se désespère. Alors le croque-mort lui dit :
- Ne vous inquiétez pas, je vais vous arranger ça !

Un quart d’heure plus tard, il vient la prévenir que c’est fait : la moumoute reste parfaitement droite.
- Oh, merci, merci ! Combien vous dois-je ? dit la comtesse.
- Rien du tout ! Pour un malheureux clou…