Blague : La Portugaise sur le canapé

Une Portugaise s’achète des nouvelles culottes transparentes pour pimenter sa vie intime... Assise sur le canapé, elle croise et décroise ses jambes. Son mari la regarde d’un air incrédule et lui demande :
- Tu portes des sous-vêtements transparents ?

Elle lui répond toute excitée :
- OUIII !!!!

Le mari :
- Ah tant mieux, pendant un instant j’ai cru que tu t’étais assise sur le chat !!!

D'autres blagues pour la catégorie Etrangers

Cela se passe en France dans la région alsacienne, par manque de main d’œuvre les vignerons ont engagé des étrangers pour les vendanges et parmi eux un Africain surnommé Toussaint qui parle peu le français. Après la première journée, la dame du vigneron inquiète demande donc à Toussaint comment cela s’est-il passé :
- Oh très bien madame; il y a une bonne ambiance et aujourd’hui nous avons coupé la riesling.
- Mais non on ne dit pas LA riesling, mais LE riesling (Vin d'Alsace).
- Ah bon ? J'ai fait une erreur sur LE.

La seconde journée de nouveau la dame lui demande donc comment la journée s’est-elle passée :
- Oh très bien madame, l’ambiance est très bonne malgré le travail dur, je me plais bien, les copains sont chouettes aujourd’hui nous avons coupé la Gewurztraminer.
- Mais non Toussaint , on dit LE Gewurztraminer et pas LA Gewurztraminer (Vin d'Alsace).

Le lendemain janvier est absent au départ du matin et la dame du vigneron est donc très inquiète pour lui, mais vers 10 heures, elle rencontre Toussaint, assis sur le banc près de l’église et elle l’interroge :
- Mais Toussaint pourquoi n’es-tu pas venu au travail aujourd’hui ?
- Oh non madame, car aujourd’hui mes copains ont dit qu’ils coupaient LE pinot noir (Vin d'Alsace) ! J'ai eu peur qu'ils se soient trompés eux aussi !

Deux jeunes hommes, un français et un chinois conversent.

Le français dit à son homologue chinois :
- Pour faire la fête, c’est toujours mieux d’être en groupe qu’en pensez-vous ? Connaissez-vous le dicton français : « Plus on est de fous, plus on rit. »

Le chinois, un peu surpris par les propos du français répond :
- Tiens c’est étrange… À l’inverse en Chine on dit justement : « Plus on est de fous, moins on a de riz. »

Un italien, un grec et un israélien arrivent au paradis. Saint-Pierre leur annonce une mauvaise nouvelle : il n'y a plus qu'une place libre; elle sera pour celui qui réussit l'épreuve du "chemin des tentations"; les deux autres iront au purgatoire en attendant. Les trois s'engagent donc sur le chemin des tentations.

Après 1 km ils tombent nez à nez avec une fille superbe, nue, qui tient une énorme pizza dans ses bras. L'italien se précipite... et disparaît immédiatement. Les deux restant font encore 1 km ensemble, puis ils tombent nez à nez avec un énorme tas d'or. L'israélien se précipite, se penche en avant... ... et le grec disparaît.

Dans le cadre de fouilles archéologiques dans le sous-sol russe à une profondeur de 100m, les scientifiques russes ont trouvé des vestiges de fils de cuivre qui dataient d'environ 4000 ans. Par provocation les Russes en ont conclu publiquement que leurs ancêtres disposaient déjà il y a 4000 ans d'un réseau de téléphone en fil de cuivre.

Les Américains, pour ne pas perdre la face, ont également procédé à des fouilles dans leur sous-sol jusqu'à une profondeur de 200 mètres. Ils y ont trouvé de longs fils de verre tressés finement. Après analyse au Carbone14, il s'est avéré qu'ils avaient environ 5000 ans. Les Américains en ont conclu que leurs ancêtres disposaient déjà il y a 5000 ans d'un réseau en fibres optique. Et cela, 1000 ans avant les Russes !

Une semaine plus tard, à Propriano, en Corse, la grande université a publié le communiqué suivant :
« Suite à des fouilles dans le sous-sol Corse, jusqu'à une profondeur de 1500m, les archéologues corses n'ont rien trouvé du tout. Ils en conclurent que les anciens Corses disposaient déjà il y a 6000 ans d'un réseau Wifi !!! »

Allemands à Paris - Etrangers - 09/03/2013

C'est deux Allemands qui visitent Paris. Mais comme ils sont très snobs, ils veulent se faire passer pour des touristes anglais. Ils rentrent donc dans une brasserie des Champs Élysées. Le premier allemand au barman :
- Two martinis, please!
- Dry ? demande le barman.
Et l'autre allemand :
- Nein! Zwei!