Blague : Les définitions alternatives (Partie 1)

Première partie

Mozart :
- Célèbre compositeur que l'on écoute le plus souvent dans les pizzerias car on sent bien que mozzarella.

Jardiland :
- Seul endroit où si tu prends trois râteaux tu as une pelle offerte.

Un meurtre de sang froid :
- Un ice-crime

Archipel :
- Outil pour creuser des archi trous.

Les ciseaux à bois :
- Les chiens aussi.

Fainéant :
- Ne jamais remettre a demain ce que tu peux faire faire après-demain.

Saturne :
- C'est quand tu es buré !

Atypique :
- T'y es mal rasé.

Psychopathe :
- Psychologue chez Lustucru.

Le Gospel :
- C'est quand ton gamin a pris un coup de soleil.

D'autres blagues pour la catégorie Inclassable

A l'hôpital, une belle jeune femme attend dans le couloir sur sa civière avant d'être conduite au bloc opératoire pour subir une petite intervention. Elle s'inquiète un peu quand même, d'autant plus que l'heure tourne. Un type en blouse blanche s'approche, relève le drap qui la recouvre et examine son corps nu. Il rabat le drap, s'éloigne vers d'autres blouses blanches et discute.

Un deuxième en blouse blanche s'approche, relève le drap et l'examine. Puis il repart.

Quand le troisième blouse blanche approche, lève le drap, et la scrute, la jeune femme s'impatiente :
- C'est bien beau toutes ces auscultations, mais quand allez-vous m'opérer ?

L'homme en blouse blanche hausse les épaules :
- J'en ai aucune idée, nous on repeint le couloir !

Zé doit faire un tour chez le coiffeur , rapport à la nuque longue.

- Allez chef, c’est à nous. Zou, assieds toi là ... Alors, comme je te les coupe.

- Ecoute-moi bien : tu vas me faire une spéciale... Tu me fais une fausse raie sur la gauche avec une frange mi longue devant. Derrière tu me fais un dégradé asymétrique... asymétrique, tu m’entends bien... A droite tu me frises un peu, léger, hein pas de trop, mais que ça ce voit quand même... , la patte de droite tu la laisses plus longue que celle de gauche et au dessus des oreilles, tu me fais des zigzags.

- Oh, Zé, t’ies gaga ? C'est quoi, cette coupe ?

- C'est quoi cette coupe, tu me dis, figure de poulpe ? C'est celle que tu m'as fait le mois dernier.

C’est un pharmacien qui en arrivant au travail vers dix heures voit un gars, debout, l’air crispé, se tenant le ventre d’une main, près de la porte et perpendiculairement au mur extérieur.

Notre ami pharmacien à peine entré demande à sa charmante employée :
- C’est quoi le problème du gars dehors ?
- A l’ouverture ce matin, ce Monsieur est venu acheter du sirop pour la toux, mais je n’en ai pas trouvé ! Alors je lui ai vendu une
bouteille de laxatif et il l'a bue sur place.

Le pharmacien est choqué et hurle de colère :
- Mais tu ne peux pas soigner une toux avec du laxatif ! Tu le sais bien...

La jolie employée répond d’une voix douce :
- Bien sur que si vous pouvez ! Regardez, maintenant, il n'ose plus tousser !

J'étais au bar, hier, quand j'ai réalisé qu'il fallait désespérément que je pète. La musique étant très forte, j'ai synchronisé mes pets au son de la musique. Après deux chansons je commençais à me sentir mieux. Tout en finissant mon café, j'ai remarqué que tout le monde me regardait... puis je me suis souvenue que j'écoutais mon MP3...

--

Un agent de police s'arrête devant un musicien jouant dans le métro.
- Avez-vous un permis pour jouer de l'accordéon ici ?
- Non-monsieur l'agent...
- Alors, accompagnez-moi s'il vous plait !
- Bien sûr, monsieur l'agent ! Que voulez-vous chanter ??

--

La grand-mère d'Emmanuel Moire sort une autobiographie qui s'appelle :"Mémé Moire" !

Deux fous décident de dormir dans la rue. Au moment de se coucher ils cherchent le meilleur endroit pour passer la nuit en toute sécurité. Le premier propose alors :
- Tiens, on devrait se mettre contre cet arbre là.
- Crois-moi, on sera bien plus à l’abri au milieu de la route !

Ils s’installent donc au milieu de la route. Une voiture arrive à toute vitesse et, pour éviter les deux fous, le conducteur donne un violent coup de volant et va s’encastrer dans l’arbre.
- Alors tu vois que j’avais raison. On serait mort maintenant !