Blague : Trois blagues courtes d'humour noir

Quand j’étais plus jeune, je détestais aller aux mariages parce que mes vieilles tantes et mes grands parents venaient près de moi, me donnaient une grande claque amicale dans le dos en lançant un joyeux :
- T’es l’prochain, gamin !

Ils ont arrêté cette stupide blague quand j’ai commencé à la leur faire aux enterrements !

--

C’est l’histoire d’un gars qui fait du porte-à-porte.Un jour ce gars sonne à une porte, un homme lui ouvre :
- Bonjour Monsieur, on fait une quête pour la maison de retraite, vous pourriez faire un don ?
- Oui, oui, bien sûr ! Mémé, prend ton manteau !

--

Moi je voudrais mourir comme mon grand-père :
Il est mort pendant son sommeil, il n’a rien senti. Ça c’est une belle mort !
Je ne voudrais pas surtout pas mourir en paniquant, en gesticulant et en criant comme tous les autres dans sa voiture…

D'autres blagues pour la catégorie Humour noir

Comme chaque dimanche matin, deux Anglais sont sur un green en train de taper la balle de golf. Soudain, un convoi funèbre passe. L’un des deux joueurs enlève son chapeau et attend le passage, en faisant mine de se recueillir.
- Ça alors, lui fait l’autre, j’ignorais qu’un homme comme vous était aussi gentleman !
- Que voulez-vous, nous avons quand même été mariés 40 ans !

==========

Une fille de 11 ans se douche avec sa grande sœur de 17 ans. C’est la première fois qu’elle la voit nue et toute surprise lui demande :
- C’est normal ces poils la ?
- Ben ouais, tu verras dans quelques années tu en auras aussi.
- Et c’est pas gênant pour faire l’amour ?

==========

- Dis donc, pour un enfant de 6 ans tu es doué pour nager comme ça !
- Oui madame j’ai un entrainement spécial.
- Et c’est quoi ton entrainement ?
- Mon papa m’envoie au large en barque et je dois revenir en encaissant les coups de rame.
- Mais euh… c’est vraiment dur comme entrainement…
- Oui madame, ça l’est. Mais le plus dur est de sortir du sac !

C'est un gars qui ne va pas bien du tout. Il se rend a l'hôpital. Après une foultitude de tests, le médecin lui dit :
- J'ai des mauvaises nouvelles pour vous... Vous avez la syphilis, la lèpre et le SIDA !!!

Le gars est effondré :
- Oh mon Dieu, et qu'est-ce que vous pouvez faire ?
- Pas grand chose malheureusement. Vous devrez rester à l'hôpital et on vous prescrira un régime alimentaire à base de crêpes, de soles et de pizzas !!!
- Et comment est-ce que tout ça va me sauver ???
- Je ne sais pas, mais en tous cas ce sont des aliments qu'on peut facilement glisser sous la porte !

L'histoire se passe dans un centre des impôts, au ministère des finances. C'est un jour de réception du public et l'on fait la queue devant le guichet. Arrive le tour d'un monsieur qui demande à parler au contrôleur Paul. La fonctionnaire de l'autre côté du guichet lui dit qu'elle est vraiment désolée, mais que ce ne sera pas possible car ce contrôleur est décédé inopinément fin de la semaine précédente.

Le monsieur s'en va, se remet à la fin de la file et se représente quelques minutes plus tard devant le même guichet :
- Bonjour, je souhaiterais parler au contrôleur Paul.
- Mais Monsieur, dit la dame, je vous ai dit qu'il était décédé fin de la semaine passée.

Avant qu'elle ait pu lui proposer quelqu'un d'autre, le contribuable va se replacer à la fin de la file. A son tour, il se représente une troisième fois devant la même personne :
- Bonjour, dit-il, très poli, je souhaiterais parler au contrôleur Paul.
- Mais Monsieur, je vous ai déjà dit deux fois qu'il était décédé! Vous ne me comprenez pas ?
- Si très bien, mais cela me fait tellement plaisir de vous l'entendre dire !

Que dit-on d'un homme qui s'attend à coucher le deuxième soir ?

Qu'il est particulièrement lent.

Un couple de clochards partagent leur sac de couchage. Alors qu'ils sont installés l'un à côté de l'autre, Raymond dit à Giselle, en roucoulant et en se frottant contre elle :
- Chérie, j'ai envie.
- Non ! Tu ne t'es pas lavé depuis deux semaines, tu pues, pas question !
- Allez, sois gentille, je te fais tout ce que tu veux !
- Tout ce que je veux ? Dans ce cas c'est d'accord, tu me lèches !
- Ah non ! Tu ne t'es pas lavée depuis un mois !
- Chose vomie, chose bue, tu me lèches !

Et Giselle s'installe alors sur Raymond, qui commence à la lécher. Quelques pertes jaunes, et vertes plus tard, Raymond demande grâce :
- Ça suffit, je n'en peux plus ! On arrête !
- Non, continue, c'est bon !

Quelques morpions, des dizaines de poils et quelques pertes rouges et blanches plus tard, Raymond est au bord de l'apoplexie :
- Stop, j'étouffe !
- Non, continue, je viens, c'est bon !
Et en jouissant, elle lâche une énorme flatulence. Et Raymond en prenant une grande respiration :
- Ouf ! De l'air !